Un curieux oxymore : CDI intérimaire

Un CDI garantit la sécurité de l’emploi alors que l’intérim est plutôt caractérisé par le risque de périodes non travaillées et donc non rémunérées.
Assez curieusement, il existe un contrat de travail appelé “CDI intérimaire”, ou CDII, qui amène une certaine sécurité aux personnes choisissant de travailler en intérim.

Comment ça marche ?

Le salarié signe un CDII avec une agence de travail temporaire. Il stipule notamment les temps de travail minimum et maximum, le type de missions qu’il pourra effectuer, le secteur géographique, etc.
Il précise également quel sera son salaire entre deux missions. En effet, il sera payé même lorsqu’il ne travaillera pas. Le montant ne peut pas être inférieur au Smic pour les ouvriers et employés et peut représenter jusqu’à 125% du Smic pour les cadres.
Pendant tout le temps où il est employé, il est payé au tarif normal du poste qu’il occupe. Dans le cas d’un CDII, la mission peut durer jusqu’à 36 mois contre 18 mois pour l’intérim classique.
Après une mission, le salarié doit se rendre disponible pour pouvoir en commencer une nouvelle immédiatement (en dehors de ses congés annuels bien sûr).
Il a l’obligation de l’accepter, sous réserve que le salaire qui lui est proposé soit au moins égal à 70 % de celui qu’il percevait dans la précédente mission.

Il y a plusieurs avantages pour le salarié :

  • Un salaire mensuel minimum garanti
  • La possibilité de suivre une formation entre deux missions
  • La variété des postes occupés

Mais aussi des inconvénients financiers :

  • Plus de prime de fin de mission
  • Plus de prime de congés payés. 
  • Difficulté pour obtenir des augmentations de salaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *